Another Europe is possible

Sommet informel de Salzbourg: Non, M.Tusk, l’Egypte n’est pas un modèle à suivre!

24/09/2018

(ENGLISH VERSION BELOW)

Sommet informel de Salzbourg : Non, M. Tusk, l’Egypte n’est pas un modèle à suivre!

Par Marie-Christine Vergiat, députée au Parlement européen

En amont du Sommet informel de Salzbourg, le Président du Conseil, Donald Tusk, s’est ébahi de la réussite du « modèle égyptien » en matière migratoire ; l'Égypte étant « un partenaire qui prend ses responsabilités au sérieux, un partenaire avec lequel nous pouvons travailler dans le contexte de la migration » puisqu’aucun migrant ne prendrait le départ depuis les côtes égyptiennes pour rejoindre l'Union européenne.

On reste sans voix et, sans même évoquer la situation des droits de l'Homme en Égypte, on est tenté de conseiller à Donald Tusk de regarder une carte de géographie et de voir quels seraient les risques d'une telle traversée.

On ne peut que s'interroger sur les motivations du Président du Conseil surtout quand il annonce un Sommet avec les pays arabes en Égypte en février prochain. Va-t-on vivre une nouvelle expérience comparable à la Turquie ou à la Libye où à coups d'euros, les gouvernements européens sont prêts à négocier avec n'importe quel régime pour tenter de bloquer les migrations venant des pays du Sud.

M. Tusk se félicite que les traversées de la Méditerranée soient en très large diminution (gonflant au passage les chiffres de 2015). Dont acte. En effet, moins de 100 000 personnes ont réussi à rejoindre les côtes européennes pour y chercher une protection depuis le début de l’année, un des chiffres les plus bas jamais constatés.

Mais M. Tusk oublie de dire que, dans le même temps, les morts n’ont jamais été aussi nombreux. Selon le Haut-Commissariat pour les réfugiés, la Méditerranée est « plus mortelle que jamais » pour les migrants. Plus de 1 723 personnes ont trouvé la mort en Méditerranée depuis janvier. Cela veut dire qu'« une personne sur 18 tentant la traversée par la Méditerranée centrale meurt ou disparaît en mer, tandis que c'était une personne sur 42 au cours de la même période de 2017 ». Chiffre horrifiant qui ne tient pas compte des personnes qui meurent dans le désert ou des suites de violences, de torture, ou d’esclavage notamment en Libye.

M. Tusk nous dit qu’il faut arrêter les jeux de dupes sur la migration. Soit, mais au lieu de vouloir sans cesse vouloir fermer les frontières aux migrants et réfugiés du sud, et à eux seuls, il ferait mieux de voir les réalités en face, de lire les travaux des chercheurs et de comprendre que si ces hommes, ces femmes et ces enfants, prennent le risque de mourir en Méditerranée, c'est parce qu'ils n'ont que leur vie à perdre et qu'ils n'ont pas de voies régulières pour arriver légalement dans l'UE.

Et plutôt que de justifier les discours des gouvernements les plus anti-migrants, M. Tusk devrait demander aux membres du Conseil de se mettre autour de la table pour discuter des propositions adoptées par le Parlement européen sur le régime d’asile européen, la réforme du règlement de Dublin et la mise en œuvre de voies légales de migration (carte bleue, visas humanitaires, ...).

Il pourrait également rappeler aux membres du Conseil leurs obligations internationales notamment en matière de sauvetage en mer, d'ouverture des ports aux rescapés et de droit d'asile.

Or le Président du Conseil préfère, au contraire, la fuite en avant derrière les nationalistes et l’extrême droite alors que l'Italie notamment montre que les électeurs finissent toujours par préférer l’original à la copie avec les conséquences que l'on sait.

Quelques jours après le discours d'Emmanuel Macron sur l'Europe des « progressistes », on attend sa réaction « humaniste ».


                                                      +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Informal Salzburg Summit: No, Mr Tusk, Egypt is not a model to follow!

By Marie-Christine Vergiat MEP

Prior to the Salzburg Informal Summit, Council President Donald Tusk praised the success of the "Egyptian model" concerning migration matters; Egypt being " a partner which is taking its responsibility seriously, a partner we can work with in the context of migration even more " as no migrant would join the European Union starting from the Egyptian coast.

This declaration leaves us speechless. Without even mentioning the human rights situation in Egypt, one is tempted to advise Donald Tusk to look at a geography map to realize what would be the risks of such a crossing.

One can only wonder about the motivations of the Council President, especially when he announces a Summit with the Arab countries in Egypt next February. Are we going to live a new experience comparable to Turkey or Libya where, with the help of euros, European governments are ready to negotiate with any regime in order to try to block migration from southern countries.

Mr Tusk is pleased that Mediterranean crossings are significantly decreasing (inflating in the same way the figures for the year 2015). In fact, less than 100,000 people have managed to reach European shores to seek protection since the beginning of the year, which is one of the lowest figures ever observed.

However, Mr. Tusk neglects to say that, at the same time, the deaths have never been so numerous. According to the Office of the High Commissioner for Refugees, the Mediterranean is "deadlier than ever" for migrants. More than 1,723 people have died in the Mediterranean since January. This means that "one person over 18 trying to cross the central Mediterranean dies or disappears at sea, while the number was one over 42 in 2017 for the same period". This horrifying figure does not take into account people dying in the desert or because of violence, torture, or slavery, especially in Libya.

Mr. Tusk tells us that we have to stop these fool’s games concerning migration. Be that as it may be. However, rather than constantly endeavouring to close the borders to migrants and refugees coming from the south, and only to them, he would do better to see the reality face to face, read the work of researchers and understand that if these men, women and these children, take the risk of dying in the Mediterranean, it is because they have only their life to lose and there are no legal entry channels to the EU.

Rather than justify the most anti-immigrant governments’ speeches, Mr Tusk should ask the Council members to get around the table and discuss the proposals adopted by the European Parliament on the European asylum system, the reform of the Dublin Regulation and the implementation of legal migration channels (blue card, humanitarian visas, etc.).

He could also remind Council members their international obligations, particularly with regard to rescue operations at sea, opening of ports to survivors and the right to asylum.

On the contrary, the Council President prefers to follow nationalists and far right extremism, while Italy in particular shows that voters always end up preferring the original to the copy with predictable consequences.

A few days after Emmanuel Macron's speech on a “progressive” Europe, we are waiting for his "humanist" reaction.

Contact Form

×